Acheter un véhicule neuf

Voilà, c’est décidé : vous allez acheter une nouvelle voiture. Pour vous aider à faire le meilleur choix à tous les niveaux, P&V a réalisé ce dossier détaillé. Y sont passées en revue les filières du neuf à savoir l’achat d’un véhicule chez un concessionnaire agréé ou dans les filières parallèles (en grande surface multimarques ou à l’étranger). Nous vous donnons également quelques pistes pour réaliser, sur Internet, des comparaisons entre les marques disponibles sur le marché. Avant de conclure par la transaction et les formalités à remplir.

Bon à savoir

Si vous décidez d’acheter une voiture neuve, il est recommandé de comparer les différents modèles et marques, et, au moment de passer à l’achat, de négocier le prix : à l’heure actuelle on peut facilement obtenir des ristournes allant de 3 à 25% selon les marques !

Dans la mesure du possible, essayez aussi de choisir un véhicule de stock ou, mieux encore, un véhicule exposé dans le show-room du garagiste. Ce dernier devant faire tourner son stock, il consentira une remise plus importante.

Un autre excellent moment pour acheter : le salon de l’auto. À cette période, les constructeurs mettent tout en œuvre pour rendre leurs modèles plus attractifs encore. Pour cela, ils réduisent les prix, proposent de l’équipement supplémentaire gratuit… voire même, dans certains cas, cumulent les deux !

Enfin, si vous n’êtes pas pressé, attendez la fin de l’année pour acheter votre nouvelle voiture : les distributeurs agréés ayant toujours un quota à respecter, certains d’entre eux seront prêts à vous consentir une réduction significative pour vendre une voiture de plus. Bon à savoir mais soyez toutefois attentif au coût des entretiens car 1 % de remise en plus sur une voiture de 15.000 EUR (soit 150 EUR) est vite perdu en cas d’entretien à tarif élevé.

Il est opportun à ce point d’évoquer que le choix du type de voiture aura également une influence sur les frais fixes, dont les assurances.

 

Chez un concessionnaire agréé

Cela reste bien sûr le canal privilégié pour la majorité d’entre nous. Pas de mauvaises surprises, à condition d’avoir réussi à négocier le prix (voir ci-dessus).
Vous avez peu de chance de trouver un défaut ou un vice caché dans une voiture achetée chez un concessionnaire agréé. Par ailleurs, vous bénéficiez d’une garantie constructeur (pièces et mains d’œuvre), que vous pouvez de plus en plus souvent prolonger en échange d’une somme modique. Et lorsque vous décidez de changer de voiture – pour autant que vous choisissiez un modèle de la même marque et que vous l’achetiez auprès du même constructeur – vous êtes assuré de bénéficier d’excellentes conditions. Bref, il s’agit sans aucun doute du canal le plus fiable.

Les filières parallèles

Si vous voulez réaliser des économies lors de l’achat de votre voiture neuve, il existe différentes filières qui peuvent être prises en considération. Attention toutefois aux abus !

La grande surface multimarques de l’automobile

Ce type de société, spécialisée dans l’importation non officielle de voitures neuves, vous offre à peu près les mêmes garanties et service après-vente qu’un importateur officiel… mais les prix proposés peuvent être jusqu’à 35% moins chers. Ceci étant, il s’agit souvent d’anciennes versions, avec des équipements différents des modèles commercialisés en Belgique. Par ailleurs, le choix est toujours limité aux véhicules exposés. Attention : il peut être tentant, lorsque l’on compare le prix de ces voitures à ceux proposés par les concessionnaires agréés, de repartir avec une voiture que l’on n’aurait jamais achetée dans des conditions normales… et donc de regretter son achat au bout de quelques jours. Gardez la tête froide !

Acheter à l’étranger ?

Si vous n’avez pas peur de vous retrouver face à de nombreuses démarches administratives, des problèmes de non conformités, des délais de livraison non respectés, une absence de recours en cas de pépin, etc., vous pouvez peut-être tenter le coup.
Même s’il est de moins en moins intéressant d’acheter son véhicule à l’étranger – les constructeurs tentent d’unifier leurs prix à travers l’Europe -, certains écarts de tarifs subsistent, notamment dus aux différences de TVA.
Cela dit, une fois que vous aurez porté votre choix sur un véhicule, il vous restera pas mal de démarches administratives à remplir. Pour les découvrir, rendez-vous sur le portail du gouvernement belge : http://www.belgium.be/eportal/index.jsp

Astuce : comparez sur Internet

Avant de partir en quête de votre nouvelle voiture, prenez le  temps de comparer les différents modèles et marques sur Internet. Vous pouvez bien sûr vous rendre sur les sites officiels des grandes marques, mais également sur des sites indépendants qui vous présentent les avantages/inconvénients des différentes voitures, tout en établissant une comparaison objective des prix.

Trois sites à découvrir :

  • Le Moniteur de l’Automobile : automagazine (http://www.automagazine.be) :
    comparaison automatique des caractéristiques techniques et des prix de très nombreuses voitures, équipements et taxes compris.
  • Auto-On-Net (http://www.auto-on-net.com) :
    un module peut-être un peu lent, mais qui vous permet notamment de comparer trois voitures en sélectionnant la marque, le modèle et le type.
  • Vroom (http://www.vroom.be) :
    un module très agréable – et simple – à utiliser pour comparer deux véhicules. S’adresse à tout le monde, même à ceux qui n’y connaissent pas grand-chose en mécanique. Seul bémol : peut-être un peu lent, tout comme Auto-On-Net.

 

La transaction

Bien, vous avez trouvé la voiture de vos rêves. Le distributeur vous a fait une offre que vous ne pouviez refuser, et vous êtes sur le point de signer. À ce moment précis, il convient de garder quelques règles à l’esprit…

D’abord, le bon de commande. Assurez-vous qu’y figurent :

  • La marque, le modèle, le millésime
  • Le coloris de votre voiture
  • Les options – si possible en toutes lettres
  • La remise en pourcentage
  • La date de livraison*
  • La date et le lieu d’établissement du bon de commande
  • La signature de l’acheteur et du vendeur
  • La souscription éventuelle d’un crédit
  • Le montant éventuel de la reprise de votre véhicule
  • Le montant de l’acompte

*Un retard important dans la livraison ? Si le bon de commande stipule une date précise de livraison, vous avez le droit d’exiger une livraison immédiate du véhicule sous peine d’annuler la commande. Pour cela, envoyez une lettre recommandée au vendeur, et mettez-le en demeure de vous livrer votre véhicule dans un délai raisonnable (pour lui comme pour vous). Le cas échéant, vous pouvez exiger un remboursement de l’acompte versé, mais aussi des dommages et intérêts ! À bon entendeur… Il faudrait se méfier de conditions spécifiques imposées par le vendeur.

Attention : si le délai de livraison prévu dépasse deux mois, le vendeur peut revoir le prix à la hausse (sauf s’il est indiqué sur le bon de commande que le prix est ferme et définitif). Si le prix de vente augmente de plus de 5%, vous avez le droit d’annuler votre achat.

Une bonne affaire au salon?

Lors d’un salon, il se peut que, pris dans l’ambiance, vous soyez tombé sous le charme d’une voiture qui, après coup, ne vous semble pas si… charmante que ça ! Rassurez-vous, pour une vente conclue dans ce cadre, la loi octroie un délai de réflexion de 7 jours.

Veillez à faire mentionner sur le bon de commande le lieu réel de la conclusion du contrat car le délai de 7 jours de réflexion n’est valable que si l’achat a été fait en dehors de l’établissement du vendeur. Attention : pour annuler votre achat, vous devez impérativement envoyer une lettre recommandée.

Véhicule non conforme ? Refusez-le ! Si la voiture qui vous est livrée ne correspond pas au bon de commande, réagissez immédiatement ! Si vous perdez du temps, le vendeur prétendra – à raison ! – que vous avez accepté votre véhicule tel quel. Pour garder une trace officielle de ce refus, confirmez-le par recommandé.

Formalités

Pour éviter toute mauvaise surprise au moment de prendre la route, n’oubliez pas certaines formalités. Ainsi, la première fois que vous montez dans votre nouvelle voiture, assurez-vous que vous avez bien votre :

  • Permis de conduire
  • Carte d’identité
  • Certificat de conformité (carte grise)
  • Certificat d’immatriculation (« carte grise » – en fait, rose)
  • Certificat d’assurance auto (« carte verte »)
  • Attestation de redevance radio (uniquement en Wallonie)

 

Assurances

Maintenant que vous avez votre véhicule neuf, il convient bien sûr de le faire assurer. Oui mais… quelle assurance choisir ? Ai-je besoin d’une omnium ou pas ? Ou d’une assurance contre l’incendie ou le vol ? Au fait, qu’est-ce au juste qu’une RC ? Et si je souscrivais en plus un contrat d’assistance ? Pour vous aider à y voir clair, contactez nous.

Après avoir souscrit votre contrat d’assurance, il convient également de penser à immatriculer votre nouvelle voiture. Pour cela, vous devez impérativement disposer de l’attestation du distributeur du véhicule, mais aussi de celle de la compagnie d’assurance qui assure la couverture « R.C. auto ».

Bon à savoir : depuis janvier 2006, il ne faut plus apposer de timbres fiscaux sur une demande d’immatriculation. La DIV vous enverra votre plaque et/ou votre certificat d’immatriculation par retour du courrier, le jour même si elle a reçu votre demande avant 10 h du matin, sinon le lendemain.

Vous désirez utiliser la plaque de votre ancien véhicule ? Pas de problème : il vous suffit de faire une demande d’immatriculation endéans les quatre mois suivant la vente de l’ancien véhicule. Ensuite, la procédure est la même que pour une nouvelle immatriculation.

Enfin, une fois votre nouveau véhicule immatriculé, il vous reste à payer chaque année la taxe de circulation. En pratique, celle-ci est déterminée sur base de la puissance fiscale de votre voiture.

Voilà, vous disposez maintenant de tous les éléments nécessaires pour prendre la route au volant de votre nouvelle voiture.